Dernière mise à jour le 22/09/2020

L’augmentation mammaire est l’intervention chirurgicale qui permet d’augmenter le volume des seins. Classiquement l’augmentation mammaire est réalisée par la mise en place des prothèses. Dans certains cas bien définis (recommandations de la HAS) elle peut être aussi obtenue par un transfert de graisse autologue ou lipofilling (consultez aussi le remodelage de la silhouette par lipostructure dans la page consacrée à la chirurgie de la silhouette). Ces 2 méthodes d’augmentation peuvent aussi être utilisées de façon concomitante – augmentation composite.

Hospitalisation
Ambulatoire / 1 nuit
Anesthésie
AG
Durée d'intervention
1 à 2h
Convalescence
2 semaines
Arrêt du sport
6 à 8 semaines

Qu’est-ce que l’hypotrophie mammaire ?

L’hypotrophie mammaire est définie par un volume insuffisant des seins par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut être congénitale ou acquise (après des grossesses multiples ou amaigrissement important), associée ou non à une ptôse mammaire (seins tombants).

Cette situation est souvent mal acceptée physiquement et psychologiquement par la patiente qui le vit comme une atteinte à sa féminité.

Est-ce que cette intervention est prise en charge par la sécurité sociale ?

L’augmentation mammaire n’est prise en charge par la sécurité sociale que pour « agénésie mammaire bilatérale et hypoplasie bilatérale sévère avec taille de bonnet inférieure à A, ou pour syndrome malformatif (seins tubéreux, syndrome de Poland) ». Dans ce cas votre chirurgien rédige une demande d’accord préalable au médecin conseil. Vous serez alors convoqué sous 15 jours auprès du médecin conseil de la sécurité sociale qui décidera ou non de la prise en charge par la caisse primaire d’assurance maladie. Si la demande est accordée il ne restera à votre charge que les compléments d’honoraires qui peuvent dans certains cas être rembourses par votre mutuelle ou complémentaire santé.

Dans le cas contraire l’ensemble des frais est à votre charge, et aucun arrêt de travail ne peut être prescrit. Un devis vous sera remis par le chirurgien lors de votre consultation.

 

Quelle est la durée de vie d’un implant mammaire ?

Une prothèse mammaire a une durée de vie qu’on ne peut pas estimer avec précision puisqu’elle dépend de l’éventuelle survenue des complications. Le changement prothétique n’est pas systématique à partir d’un certain délai.

 

Est-ce que l’allaitement reste possible après une augmentation mammaire ?

Cette intervention n’a pas de retentissement sur l’allaitement.

Comment choisir les prothèses mammaires ?

Ce choix se fait lors des consultations préopératoires en prenant en compte votre morphologie et votre souhait. Après l’examen clinique, en fonction de votre base mammaire et du bonnet souhaité le chirurgien proposera plusieurs prothèses. Vous allez ensuite essayer les différents volumes devant un miroir. Cela peut vous donner petit un aperçu surtout sur la future projection mammaire. 

Nous pouvons aussi utiliser un logiciel de simulation 3D (EVE 4.0 / Crisalix®), dédié à la chirurgie plastique, vous permettant de mieux vous projeter et de vous conforter dans votre choix.

Que faut-il faire avant l’intervention ?

  • Avoir 2 consultations de chirurgie (espacées de 15 jours minimum) et une consultation d’anesthésie.
  • Avoir le bilan sénologique préopératoire prescrit par votre chirurgien (échographie mammaire et/ou mammographie)
  • Acheter le soutien-gorge compressif et les bas de contention classe 2, prescrits au cours de la dernière consultation.
  • Arrêt strict du tabac 1 à 2 mois avant l’intervention pour réduire le risque de nécrose cutanée
  • Arrêt de la contraception orale 1 mois avant pour diminuer le risque thromboembolique.
  • Adaptation des traitements préexistants selon la prescription de l’anesthésiste.
  • Si l’intervention n’est pas prise en charge par la sécurité sociale prévoyez une période d’indisponibilité professionnelle de 2 semaines après l’intervention, car aucun arrêt de travail ne pourra vous être prescrit.

Comment se déroule l’intervention ?

Vous êtes hospitalisée le matin de l’intervention.

L’augmentation mammaire se déroule sous anesthésie générale. Elle dure entre 1 et 2h.

Votre chirurgien adoptera la technique nécessaire en tenant compte de votre morphologie et de vos habitudes de vie.

Pour la mise en place des prothèses il y a 3 voies possibles :

  • sous-mammaire – la plus utilisée ; elle sera cachée par la ptôse naturelle du sein
  • péri-aréolaire – préférable pour les patientes chez qu’il faut réaliser des modifications de la taille et de la position des aréoles
  • axillaire – incision sous le bras, dans l’aisselle

Par contre après une augmentation mammaire par graisse autologue les cicatrices sont minimes (quelques millimètres) situées dans le sillon sous-mammaire ou péri-aréolaire.

Quelles sont les suites postopératoires ?

  • L’hospitalisation : ambulatoire ou 1 nuit
  • Les soins locaux : pansements par une infirmière tous les 2 jours pendant 2 semaines.
  • Les douleurs postopératoires sont modérées mais bien soulagées par le traitement antalgique habituel. Elles sont plus marquées lorsque l’implant est placé derrière le muscle grand pectoral.
  • Le soutien-gorge compressif doit être gardé jour et nuit pendant 1 mois puis que la journée pendant encore 1 mois.
  • Les bas de contention doivent être gardés jusqu’à la reprise d’une déambulation normale (minimum 8j)
  • L’alimentation : normale
  • Arrêt tabac : 1 à 2 mois après l’intervention
  • La convalescence : 2 semaines
  • L’arrêt du sport : 6 à 8 semaines
  • Les bains et la natation sont interdites pendant 6 semaines après l’intervention ; uniquement les douches sont autorisées (tous les 2 jours avant le changement du pansement)
  • Plusieurs consultations de contrôle sont nécessaires : environ à 15j, 3 mois, 1 an, puis tous les ans avec un contrôle échographique mammaire. Il faut consulter en dehors de ces dates si vous constatez des modifications au niveau mammaire (volume, consistance, apparition des douleurs).
  • Finalement 6 à 12 mois sont nécessaires avant pouvoir juger le résultat définitif de l’intervention
  • La surveillance des seins par mammographie dans le cadre du dépistage systématique du cancer du sein n’est pas ou peu perturbé par la mise en place des prothèses. Il faut toutefois informer votre gynécologue et le radiologue.
  • Le maintien d’un poids stable est essentiel pour la pérennité du résultat esthétique.

Quels sont les risques ?

Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et à la réglementation en vigueur, expose à un risque de complication.

Comme toute intervention chirurgicale, l’augmentation mammaire comporte des risques :

  • liés à l’anesthésie, qui vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de votre consultation
  • liés à la chirurgie elle-même, parmi lesquels il faut insister sur les suivants : hématome, épanchement lymphatique, désunions, nécrose glandulaire ou graisseuse (favorisée nettement par le tabagisme), infection, cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes, accidents thromboemboliques (phlébite, embolie pulmonaire – à savoir un caillot de sang qui se forme dans une des veines au niveau des jambes et qui peut se détacher pour aller dans les poumons – ce risque est prévenu par la mise en place des bas de contention et par le traitement anticoagulant quand celui-ci est indiqué), altération de la sensibilité (fréquente les premiers mois mais finissent la plupart du temps par régresser), résultats inesthétiques (correction insuffisante, asymétrie) qui peuvent être corrigées au cours d’une retouche chirurgicale plusieurs mois après l’intervention initiale.
  • spécifiques aux implants mammaires : coques fibreuses péri-prothétiques, rupture, malposition, formation de « plis » ou aspect de « vagues », sérome tardif (rarissime mais impose des examens complémentaires pour éliminer le Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules associé aux implants mammaires LAGC-AIM)

Il ne faut pas surévaluer les risques mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.

Décision ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) du 5 avril 2019 concernant les prothèses mammaires macrotexturées et recouvertes de polyuréthane

Depuis 2011, 59 cas de lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés aux implants mammaires (LAGC- AIM) ont été déclarés en France. En 2017, le nombre de femmes portant des implants mammaires en France est estimé à 400 000.

L’ANSM décide, par mesure de précaution, de retirer du marché des implants mammaires macrotexturés et des implants mammaires à surface recouverte de polyuréthane – L’ANSM ne recommande pas d’explantation préventive pour les femmes porteuses de ces implants.

Vous avez accès au communiqué complet en vous connectant ici

Concernant ce communiqué voici l’avis du syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (sncpre) :

Avis SNCPRE – du 05_04_2019

Relativement au risque de LAGC- AIM, des recommandations du Directoire professionnel des Plasticiens avaient déjà été mises en place depuis novembre 2018. Elles sont disponibles ici

 

Informations sur les tarifs

Dans le cas d’augmentation mammaire prise en charge par l’assurance maladie il ne restera à votre charge que les compléments d’honoraires qui peuvent, dans certains cas, être rembourses par votre mutuelle ou complémentaire santé.
Dans le cas d’augmentation mammaire non prise en charge par l’assurance maladie l’ensemble des frais est à votre charge. Les tarifs indiqués comprennent la totalité des coûts de l’intervention : honoraires de chirurgie, d’anesthésie, les frais d’hospitalisation, les implants, le suivi.  Ils n’incluent pas les consultations préopératoires (chirurgie et anesthésie), le soutien-gorge compressif, le bilan senologique, les soins par l’infirmière et les médicaments à acheter en vue des suites opératoires.

Les tarifs affichés ne sont pas contractuels : ils peuvent varier du fait de la complexité et de la spécificité de chaque patiente.

Tarifs

Augmentation mammaire prise en charge par l’assurance maladie
complément d'honoraire de chirurgie / anesthésie
1000 à 1250€ / 305€
Augmentation mammaire par prothèses non prise en charge par l’assurance maladie
acte chirurgical+anesthésie+prothèses+hospitalisation+suivi
3650 à 3850€
Augmentation mammaire par transfert de graisse autologue non prise en charge par l’assurance maladie
acte chirurgical+anesthésie+hospitalisation+suivi
3300 à 3850€
Les tarifs affichés ne sont pas contractuels : ils peuvent varier du fait de la complexité et de la spécificité de chaque patiente (prix en euros)